Un paysan d'Anjou à la rencontre des petits paysans togolais

Alain CHAZERAULT est agriculteur en bio à Montilliers dans le Maine et Loire. Membre du C.A d'ECHOPPE et investi depuis plusieurs années dans ses actions depuis la France, il a voulu aller rencontrer les paysans togolais dans le cadre du nouveau programme d'ECHOPPE et mieux comprendre ce qu'il restait à faire.

"C’est du bureau de « Planète Paysans » de Lomé que j’avais écrit ce mot fin juin. C’était mon dernier jour d’une semaine passée au coeur de cette entreprise sociale. L’objectif de Planète Paysans est de créer une relation forte entre des restauratrices de rue de Lomé (bénéficiaires du programme social) et des petits paysans afin que ceux-ci leur fournissent des produits alimentaires, essentiellement du maïs.

 

Moi membre du C.A. d’Echoppe et paysan je souhaite m’engager dans ce projet et en devenir un meilleur ambassadeur. Pour cela il me fallait concrètement voir, toucher, sentir, échanger avec les acteurs: animateurs-trices, restauratrices de rue, gérants des plateformes de stockage et de distribution de maïs, techniciens agricoles et surtout les paysans.

  

 

"Cela fait plus d’un an maintenant que le partenariat entre paysans et restauratrices de rue est en place. 82 tonnes de mais ont été produits par les 291 paysans de la région d’Adéta (100 km au nord ouest de Lomé) et acheminés vers les 2 plateformes de distribution (quartiers de Adamavo et de Koghé à Lomé). 150 femmes bénéficiaires (une majorité ont accès au micro-crédit) ont pu utiliser le maïs. C’est bien, mais insuffisant.

 

L’équipe de Planète Paysans en a pris conscience et se lance dans un gros travail de développement."

 

 

 

Ma rencontre avec les paysans fut très riche, entre gens de la terre le courant passe vite.

 

Mais alors quel dénuement, quel éloignement! Je ne pensais pas faire des heures de moto tout terrain sur des pistes pour rejoindre les fermes perdues au milieu de la brousse, sans eau courante, sans électricité, sans… rien. je ne pensais pas voir une agriculture si manuelle, tout à la daba (sorte de pioche). Une très petite agriculture familiale, 1 ou 2 ha par ferme.

 

 

"Je ne pensais pas non plus voir l’utilisation d’herbicides pour pallier au manque de main-d’oeuvre. Les jeunes désertent les villages pour s’exiler au Nigéria ou peut-être font-ils partie des migrants qui nous arrivent en Europe?"

 

 

 

Cette utilisation de pesticides est une bombe sanitaire à retardement pour ces paysans. Ils font leur traitement avec des pulvérisateurs à dos, en short, chemisettes et tongues sous un climat tropical chaud et humide. La terre est légère, sableuse, généreuse et rappelle nos terres maraîchères. Mais c’est une terre fragile qui peut perdre sa fertilité: elle ne supporterait pas une agriculture intensive industrielle. 

 

C’est donc bien une agriculture paysanne et agro-écologique qu’il faut soutenir. Il faudrait juste un petit tracteur avec des équipements pour travailler le sol tout en préservant la matière organique, source de fertilité. Les paysans pourraient ainsi se passer d’engrais et de pesticides.

 

Le programme de Planète Paysans est bon et doit réussir face à la montée en puissance de l’intérêt de certains spéculateurs pour l’alimentation (achat massif de terres au Togo par des non agricoles). A nous, tous membres d’Echoppe, de le soutenir".

Pour aller plus loin

Compléter l'approche par de nouvelles actions

Suite à une enquête sociale permettant de mieux connaître nos paysans, voici nos conclusions.

Pourquoi l'agroécologie en Afrique?

Pourquoi s'investir dans l'agroécologie? Améliore t-il vraiment les conditions de vie?

Vous pouvez nous aider! Contactez-nous!

 

You can help! Contact us!

ECHOPPE
02 Bp 222 53

49022 Angers Cedex 02 France

Téléphone :(011)33- 241718556

echoppe@wanadoo.fr

 ou

ECHOPPE, Inc

2070 South Mosher Road

Columbia City, Indiana  46725

tel:  1-260-244-7046

         

 

For those who have PayPal accounts, you may make contributions to ECHOPPE via this site, rubrique:  "take action" 

 

Many thanks!!!